Billère Handball

Pour la rentrée, rencontre avec une équipe sportive locale emblématique : le Billère Handball. Le sport professionnel a une place importante dans notre belle ville et pour vous, nous sommes allés à la rencontre de Julien Olek pour en apprendre plus sur ce club.

Bonjour Monsieur Olek, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour Fiesta Mag ! Je suis Julien Olek, directeur général du club du Billère Handball. La particularité de mon parcours, c'est qu'à la base je ne viens pas du monde du hand. Je suis parachutiste professionnel, j'ai fait quinze ans en équipe de France. Dans ma carrière d'athlète, j'ai été trois fois vainqueur de la Coupe du Monde mais également trois fois Champion d'Europe et j'ai eu de nombreuses médailles. En 2017, je suis devenu directeur de l'Équipe de France Militaire de Parachutisme. J'ai donc une certaine expérience en tant qu'athlète de haut niveau mais aussi dans la gestion du sport professionnel. Quand je suis arrivé à Pau, je me suis donc investi dans le club professionnel du BHB avec Christian Laffitte, le président. Ce dernier préside depuis plus de trente ans, il est vraiment ancré dans l'histoire, il a joué à tous les postes et porte le Club depuis des années, un véritable pilier.


Pourquoi le choix de cette équipe ?

Tout d'abord c'était un challenge pour moi de changer de sport, la base reste la même dans la gestion de sportifs haut niveau, mais c'est une nouvelle page à écrire dans ma vie. De manière générale, ma famille et moi sommes de grands fans de sport. À notre arrivée, nous adorions par exemple, aller voir la Section ou l'Elan Béarnais. Nous allions aussi voir les matchs de l'équipe à Billère et c'était l'endroit préféré de toute la famille. Le hand est un sport que j'ai toujours adoré, mes enfants jouent désormais dans ce club, c'est un monde que nous apprécions depuis toujours.


Pouvez-vous nous en dire plus sur le Billère Handball ?

C'est un club historique au niveau du hand, qui existe depuis 1949 à Billère. C'est un réel pilier du handball dans les Pyrénées-Atlantique. En 2013, le club en Pro D2 a accédé au Championnat de France en 1ère division, puis nous sommes redescendus en 2ème division. En 2019, l'équipe est remontée en Proligue (D2) juste après une saison en N1. Il faut savoir que géographiquement, entre Limoges et Toulouse, nous sommes le seul club professionnel dans le sud-ouest. Cela nous permet de créer une vraie synergie avec tous les clubs à proximité. Notre entraînement de reprise nous l'avons par exemple fait à Asson, l'entraîneur du club d'Asson Franck Vignaud est venu nous aider et a participé à cette reprise. Notre volonté est de profiter de la richesse de notre territoire et de se rapprocher de ces clubs pour nous tirer vers le haut. L'objectif est également que les handballeurs béarnais puissent, un jour peut-être, rejoindre notre équipe du Billère Handball.


Comment se passe le recrutement de joueurs justement ?

Nous disposons de notre propre centre de formation, qui fait un super travail. Notre ambition consiste à faire progresser ces jeunes afin de leur permettre d’atteindre leur plus haut niveau et de venir renouveler notre équipe pro. Cette année au sein de l'équipe professionnelle, nous intégrons quatre joueurs qui proviennent du centre de formation et sept joueurs vont intervenir occasionnellement. Le centre est vraiment performant, nous avons d'ailleurs deux jeunes qui viennent de signer leur premier contrat pro dans notre club. La ressource du centre de formation n'est bien sûr pas suffisante, nous sommes obligés d'aller recruter ailleurs. Cela fonctionne comme dans tous les autres clubs professionnels, nous avons une commission de recrutement, nous nous regroupons ensemble pour voir quels joueurs sont disponibles sur le marché pour le recrutement.

Le confinement s'est passé comment pour toute l'équipe ?

Le confinement a été difficile comme pour tout le monde... Nos joueurs étaient au chômage partiel, donc nous ne pouvions plus donner de consignes. Nous avons bien sûr gardé le lien, nous faisions des visioconférences pour les tenir informés. Grâce à ce contact, nous sommes l'un des premiers clubs à avoir obtenu, de la part des joueurs et salariés, une baisse de salaire pour l'année prochaine, tout cela s'est fait dans la transparence et la pédagogie. Pour ce qui est des entraînements, ce sont des sportifs professionnels, ils n'ont pas besoin de consignes pour garder la forme. Chacun a pris ses responsabilités pour se maintenir en bonne forme, tout en respectant les consignes sanitaires. Nous n'avons pas eu de mauvaise surprise à la reprise, ils sont tous revenus en très grande forme, il n'y a eu aucun relâchement.


Concernant la reprise, comment s'est elle passée ?

Nous avons simplement suivi un protocole national, nous avons fait de nombreux tests médicaux avant de tous se retrouver. Quand nous sommes en préparation physique nous respectons les distanciations, mais une fois sur le terrain, les joueurs sont obligés de se passer la balle... Nous appliquons des mesures comme la prise de température des joueurs avant chaque entraînement.


Comment se passe la préparation des matchs ?

Les joueurs ont toujours deux entraînements par jour, par exemple le matin ils vont s'entraîner au handball et l'après-midi c'est musculation. L'ordre change souvent, mais quoi qu'il arrive ce sont toujours deux séances par jour. Nous nous servons énormément de notre magnifique environnement qu'est le Béarn, les joueurs font notamment de nombreuses randonnées.


Nous avons entendu parler de nouveauté pour cette saison ?

Oui tout à fait, nous avons complètement changé le revêtement de sol au Sporting d'Este. J'aime bien comparé cela à une nouvelle page blanche sur laquelle écrire l'histoire du club. Ensuite, nous avons un nouvel entraîneur qui arrive pour cette saison, Daniel Deherme, qui a une très bonne connaissance du handball après avoir entraîné des équipes à la fois masculines et féminines en deuxième division. Il était conseiller technique et formateur à la Fédération. Il était à la fois intéressé de venir au BHB pour le projet sportif mais aussi par l'attractivité de notre belle région. Pour ce qui est des joueurs, nous gardons quasiment la même équipe, pas de changements majeurs. Nous gardons toutes les qualités du groupe de l'année dernière, il faut savoir qu'avant le confinement nous étions en bonne position, nous étions sélectionnés pour les Playoffs. Il se passe beaucoup de choses, il y a une réelle dynamique en espérant aller le plus loin possible cette saison.


L'équipe appréhende-t-elle le match d'ouverture du 2 octobre ?

Cette année c'est assez spécial, nous savons que c'est un match avec beaucoup d'attentes. Il y a eu quasiment huit mois sans match, c'est donc une grande attente du public mais aussi des joueurs. Le 2 octobre, ça sera une vraie fête au Palais des Sports pour la reprise du Handball, avec notamment le concert de Black M. Les joueurs ont vraiment envie de faire un beau match pour leur retour.


Nous sommes ravies d'en savoir plus sur cette belle équipe et rendez-vous le 2 octobre pour une magnifique soirée !